samedi 1 novembre 2008

How I became a Bahá'í

How I became a Bahá'í will probably reflect on who I am as a person.
I first heard of the Faith's existance from a man who visited the art shop where I worked part-time, back in 1973 in Plainfield New Jersey. The man appeard a little weird to me by his attire, his speach and his smell. He was Gary Rea Arth. He said he was a Native American, although he did not look it. He said he was a psychologist - OK. He also said he was a Bahá'í, whatever it meant at the time. He also used to snif tobacco; it gave him a strange odor. But on and all he was a very sweet man. He never taught me the Faith, he just said he was Bahá'í and hoped it would trigger my curiosity. It did not.I used to work full time in a show store in Westfield, where I lived with my parents. One day, a French couple came to the store with two young ladies. The woman wanted to buy a pair of shoes and I took care of her because I spoke French. One of the young ladies looked attractive to me but she wouldn't even give me the time of day. I befriended the older couple in the hope to find friends for my parents who rarely went out of the house.Fate had it that they became my friends instead. I discovered later that the attractive young woman was the room-mate of the other young woman who was their daughter. Both girls lived in Quebec City and travelled twice a year to NJ for a visit. One day in the conversation, I discovered they were Bahá'ís.On the next visit to NJ, in June 1974, I fell in love with Paule, the roomate. Our courtship lasted only one week, where Paule took me on "dates" at Bahá'í homes for firesides. In Marion Jack's biography, Roger White describes Bahá'í women teachers as "dangerous", oh yeah! At the end of the week, I declared my belief in Bahá'u'lláh, signed my card and asked Paule to marry me. We were married 3 months later. Now, the epilogue to that story is that, although I declared and signed my card in June of 1974, I truly became a Bahá'í in Arizona, in September 1975. But that is another story...
Oh well!
Here it is:
Less than a year after we were married, Paule and I moved to Tucson Arizona where we found out College education is far cheaper that New Jersey. We had no money and all our belongings fitted in a Camaro car. We took a job as husband and wife housekeepers. We were lodged and fed. Paule was a cook and housekeeper and I was the driver and the gardner (Ha! Bahá'u'lláh surely has a sense of humour. I grew up with a silver spoon in my mouth).Needless to say that my services were mediocre. Our boss did not want us to hold Bahá'í meetings in our quarters. Paule was OK, she's a terrific cook and she is charming and French.
One night, I was plunged in a deep depression. The house was dark. Everyone was asleep escept me. Paule refused to wake up and talk to me. Poor thing, she was tired of cleaning a big house and cooking her quiche loraine. After walking about aimlessly in the night, I took refuge in our small bathroom. I started to pray for guidance.
That night, I truly prayed for the first time in my life, and lo.... a vision appeared. The walls of the bathroom disappeared, the darkness of the night dissipated and in front of me appeared an endless verdant plain at the end of which stood in full splendor the Shrine of the Báb.
I collapsed on the toilet seat in total humility and I was crying my head off. The joy that filled my heart was boundless yet there was no particular message or guidance. Just JOY. The vision was gone and I was a Bahá'í

mardi 28 octobre 2008

1,400 exemplaires

Nous sommes en octobre 1985, en Haïti.
Durant la réunion de l’Assemblée Spirituelle Nationale nous lisons une lettre de la Maison Universelle de Justice.
Nous sommes priés d’imprimer en Haïti autant d’exemplaires que nécessaire pour la distribution nationale d’un message écrit par la Maison Universelle de Justice adressé aux peuples du monde.
Après consultation, un des membres a été chargé d’aller voir les imprimeries à Port au Prince, copie en main, pour voir combien nous coûteraient 1,000 exemplaires.
Lorsqu’il est retourné, il nous a montré les pro-formas qui étaient très élevés. C’est alors que je me suis porté volontaire pour essayer une dernière fois avec l’imprimerie Deschamps qui était dirigée par un ami à moi.
Arrivé sur place, je lui ai remis la copie du message et lui demandé le tarif des impressions. Il m’a donné le même prix qu’il avait donné à l’autre membre de l’Assemblée.
Je lui ai montré qu’il pouvait certainement faire mieux. Il m’a dit que la dimension de l’échantillon n’était pas une mesure standard pour la coupe des papiers et que si je le permettais il pouvait changer quelques millimètres et me faire économiser des sous. D’accord! Maintenant, il me propose un autre carton de couverture qui est moins cher. D’accord! Au lieu d’imprimer le titre de couverture en or, on pouvait l’imprimer à l’encre. D’accord encore!
Mon ami fait ses calculs et m’offre un pro-forma de moins que la moitié du prix d’origine. Je signe le contrat de commendes et demande à mon ami de lire le message.
Il répond qu’il n’a pas le temps de lire tout le matériel qu’il doit imprimer. J’insiste en lui disant que ce matériel est hors de l’ordinaire et mérite sérieusement d’être lu. Il ne répond pas.
Trois semaines plus tard, Paule et moi passons prendre notre commende. Nous payons à la caisse notre dû et commençons à mettre les paquets dans la voiture. Mon copain me demande de compter les paquets. Je lui réponds avec indulgence que j’ai totalement confiance en lui. Il insiste en me regardant droit dans les yeux. Je compte.
À ma grande surprise, je vois qu’il n’y a pas 1,000 exemplaires, mais 1,400. Je me tourne vers lui avec un regard surpris.
Il sourit, puis me dit qu’il a lu le message.
En me donnant 400 exemplaires gratuits, il a contribué à une plus grande diffusion d’un message qu’il a compris de grande importance.
Au retour à l’Assemblée nationale, nous avons livré les messages et avons acheté, Paule et moi, les 400 exemplaires en plus.
Durant toute l’année 1986, Année Internationale de la Paix, nous avons distribué ces messages aux ambassadeurs, aux consuls, aux médias, aux écoles et à beaucoup de personnalités de proéminence en Haïti.
(Pour plus d’information sur le message de la Maison Universelle de Justice adressé aux peuples du monde, écrivez-moi à

dimanche 26 octobre 2008

Three hurricanes in ten days

I keep repeating to myself, over and over again that God does not test His servants beyond their capacity. But then again, maybe His plan is greater that I thought: maybe He’s training us for dire hardships that may come in the future. He is preparing us somewhat. Then again…. Maybe…. Oh well! Who knows!
2008 has been so far a very difficult year for us. We are not really cry babies, but over the last ten years, business has gradually gone from bad to worse, but we kept readjusting at every collapse… until 2008. This year, business was the pits. We had problems with water leaking in the apartments and it took us a long time and a lot of expensive repairs to finally repair the problems. Or is it solved yet?So much for the joy of being landlords. Then it was the dollar collapse, the war in Iraq and the USA economy upon which Haiti depends. Food prices keep soaring, Haiti’s poor get even poorer, instability and insecurity increase, and of course the price of gas… we should not underestimate the importance of the rise of the price of gas. All of Haiti depends on it. Most food necessities are imported [either purchased or donated as help for the poor]. Bringing it to Haiti cost more. Transportation cost more. Electricity cost more. Maintenance and repair of machines cost more…. Everything cost more.This is the backdrop of what happened in the summer. As the bare necessities are rarer and more expensive and the slum population is ready and eager to revolt and revolted, and the government is slow to address the urgent needs, tension and insecurity rise. Already living with rationed electricity and a daily functioning generator to fill the inverter’s batteries, we’re told casually the there’s going to be bad weather tonight. To be on the safe side I look on the internet to see…. GUSTAV! It does not look good. He’s heading our way.We go shopping for bare necessities, candles, matches, water, batteries and flashlights and, of course, munchies. We secure my mother’s house. We make sure there’s going to be enough people with her in the house. After all, she’s an invalid, almost 93 years old, almost deaf and blind, recovering partly from a fall that left her traumatized. We pray. Rain started in the early hours of the next day. Then it poured, it poured. The winds rose, the trees were swaying. One could hear tin from the roofs balancing in the wind. Needless to say there was no electricity. We were scared our roof would blow away. Every time we heard something heavy fall, all the negative thought came to us.What was that? Is it the roof? Is it the solar heater? Is it this or is it that?We barely had the time to access our losses that we were hit again by Hanna. Hanna did not travel like Gustav whose tail kept Hanna at bay. So it rained, and rained and rained. When will all this end?End you asked? Ha! Wait until you meet my friend Ike. What, another one? Oh no!We found out that about a dozen electric poles with high voltage transformers ended up on the ground. Electric cables were everywhere. Gustav and Hanna vied with each other on who’s going to uproot more trees. Well! They both won. There are so many trees on the ground, some of which are over 24” in diameter. The devastation in the fields is unbelievable, corn, millet, plantain, beans and other necessities are lost for this year. Result? Food will be more expensive and the people will become more restless. As it turned out, Ike was no gift either. Although he travelled North of Haiti, his tail hit us on the nose and was moving soooo slooowly, pouring rain and blowing us away.Today is September 12th. The city managed to give us some electricity. It came at 5:PM and God knows when it will go away again; so far, our batteries are charging and, oh yes, our refrigerator is on again after almost 3 weeks.We prayed a lot during these hardship days. Friends and family all over the world have prayed as well for our safety. We are forever in debt to them. We repaired the roof of the apartments, repaired the inverter, sent our generator for repair, cleaned the garden at my mother’s, washed our sheet and towels, and yes… let them dry in the sun. Oh the sun! And life goes on with its crisis and hopefully future victories.

La première venue de Ruhiyyih Khanum à 'aéroport de Port au Prince

Lorsque La Main de la Cause de Dieu,
Amat’ul-Bahá Ruhiyyih Khanúm est venue en Haïti pour la première fois , nous venions
d' habiter à Jacmel.
Toute la communauté bahá’íe était impatiente de l’avoir parmi nous. Elle faisait le tour des pays de la Caraïbe et devait arriver à Port au Prince à la première heure, le lundi matin en provenance de la République Dominicaine sur le vol de Air Florida.
Le samedi précédant, nous quittions Jacmel en taptap pour aller l’attendre à son arrivée. Nous avions voulu arriver bien à l’avance pour nous informer de son itinéraire et de ses activités prévues en Haïti.
Nos amis, Joe et Micheline Coblentz nous ont reçu chez eux à Pétion Ville.
Micheline était dans tous ses nerfs. Elle se plaignait qu’un comité de 20 personne n’était pas arrivé à sécuriser une station de télévision pour recevoir la Première Dame de la Foi bahá’íe en Haïti . Elle était frustrée que même une interview n’avait pas pu être assurée. En plus, avait-elle dit “Comment allons nous recevoir cette dame, comme ça à l’aéroport ?” Nous n’avons même pas pu obtenir une interview avec le chef du protocole à l’aéroport pour la recevoir comme il se doit.
C’est vrai. Micheline avait raison. Il aurait fallu faire un programme approprié à sa haute station. Mais c’était sûrement trop tard, elle arrivait le surlendemain à 8hAM.
Une idée a surgit. Nous allions téléphoner à Télé Haïti. Je me souvenais de ce jeune présentateur qui parlait si bien et avait une excellence prestance. C’était Jean Camille. Je ne l’avais jamais rencontré, mais je l’admirais.
Micheline compose le numéro et me tend l’appareil. Ça sonne. Mon cœur bat. Qu’est ce que je vais dire ? J’allais raccrocher lorsqu’une voix d’homme m’a répondu. C’était Jean Gardy, un autre présentateur devenu plus tard un grand cinéaste haïtien.
Il dit bonjour, je répond de même et je demande à parler à Jean Camille.
“Qui demande pour lui ?” Je répond d’une voix sûre : C’est Moro !
Je mets vite la main sur le micro et je me tourne vers Micheline et Paule en leur disant qu’il m’enverra probablement promener car il ne me connaît pas.
Quelques secondes plus tard, des secondes qui semblaient durer une éternité, Jean Camille arrive au téléphone et me parle d’une voix très joviale :
- Moro ! Comment vas-tu ?
(Imaginez mon choc !) Mais je me rattrape très vite et lui répond de la même manière :
- Jean comment ça va ? Tu sais que la Première dame de la Foi Bahá’íe arrive par le premier vol de Air Florida lundi ? Pourrais-tu envoyer une équipe pour filmer son arrivée ?
- Oui, certainement. Comme s’appelle-t-elle ? Et combien de temps compte-t-elle rester en Haïti ? Et au fait, comment va Jacmel ?
Wow ! Il savait qui j’étais ! Mais comment savait-il, puisqu’on ne s’est jamais rencontré ?
Je lui donne les renseignements et il demande, si c’est possible, qu’elle passe à la Télé pour une vraie interview le même jour à 14h Je lui dis oui mais que j’allais confirmer avec le comité d’accueil. Je lui ai alors demandé où on s’était rencontré.
Il m’a répondu qu’on ne s’est jamais rencontré mais qu’il était venu voir mon exposition de tableau à l’Institut Français d’Haïti et qu’il était très impressionné par mon travail.
Rassuré par le succès obtenu de cette conversation, Micheline s’est levée et a dit – Allons immédiatement à l’aéroport !
Une fois arrivés là-bas, Micheline, Paule et moi, nous nous sommes dirigés vers le premier militaire visible.
Micheline, de son attitude de grande dame s’adresse à lui en lui demandant d’aller chercher le chef du protocole car “Monsieur Moro voudrait le rencontrer ”.
Le soldat ne savait pas exactement comment gérer l’affaire ; surtout qu’à cette époque c’était très important de ne pas offenser quelqu’un lorsqu’on ne savait pas qui pouvait avoir de l’influence et peut-être vous causer des ennuis. Alors, il est allé chercher le chef du protocole.
Quelques instants plus tard, un beau jeune homme élancé et élégant s’est présenté devant Micheline, qui, levant sa tête d’une manière royale lui a simplement dit en me désignant de la main : “Je vous présente Monsieur Moro ”.
Il m’a serré la main cérémonieusement puis m’a demandé ce qu’il pouvait faire pour nous.
Nous lui avons vite expliqué qui était Ruhiyyih Khanúm et quel était le but de son voyage en Haïti. Nous voulions qu’elle soit reçue comme son rang l’exige et qu’elle ne soit pas obligée de faire la queue ou d’attendre debout pour les formalités de l’aéroport.
C’est ainsi que le lendemain matin, Amat’ul-Bahá Ruhiyyih Khanúm étant sortie la première de l’avion, a pu être reçue par le représentant du protocole, qui s’était vêtu en costume d’apparat pour l’occasion, comme une reine qu’elle était.
Les bahá’ís, grâce à lui, ont pu la recevoir directement sur la piste et nous l’avons accompagnée à la salle d’attente pendant que Mme. Nakhjavání, M. Greg Dahl et le chef du protocole ont été remplir les formalité portuaire et sécuriser ses bagages.

Pendant que les formalités se faisaient, Ruhiyyih Khanúm a reçu les bahá’ís dans une salle d’attente qui lui était réservée. (la salle des VIP n’était pas disponible ce jour-la). Des membres le l’ASN étaient présents aussi. Tout le monde était très fier de recevoir Ruhiyyih Khanúm.Voici une anecdote qui prouve comment Dieu aime rire. L’ASN avait demandé aux bahá’is qui voulaient venir recevoir Khanúm à l’aéroport, de s’habiller formellement et les hommes de porter le costume. À l’époque, Moro était pauvre et ne possédait ni de costume ni de cravate. Donc il est venu en chemise africaine et sandales. Il a fait attention de se tenir à l’écart et de prendre des photos de loin. Lorsque l’avion a atterri, le chef du protocole qui avait rencontré Paule, Moro et Micheline Coblentz la veille, a demandé d’ouvrir les portes qui donnent sur la piste puis sans tenir compte des autres, a passé le bras sous le bras de Moro avec fermeté et s’est dirigé vers la piste avec tout le cortège bahá’í derrière. Moro a essayé de lui expliquer qu’il ne pouvait pas faire parti du cortège d’accueil, mais l’officier ne voulait rien entendre et n’a lâché prise qu’en présence de Ruhiyyih Khanúm . Nous voilà donc dans la salle où Ruhiyyih Khanúm a reçu les amis. Chacun s’est introduit à elle respectueusement sans la lâcher des yeux. Le regard plein d’émerveillement ‘La veuve du Gardien est vraiment là devant nous !’Après un moment elle s’adresse aux amis présents :« Regardez Moro, il a des habits pratiques pour ce pays. Je vous regarde et je suis sure que vous avez très chaud dans vos costumes. » Certains bahá’is étaient persuadés que Moro avait parlé à Ruhiyyih Khanúm. Mais quand aurait-il eu le temps. ?

Carbora et Fromage

Juste avant l’arrivé de Amat’ul-Bahà Rihiyyih Khanúm en Haïti pour la première fois, Paule a voulu lui acheter quelque chose en cadeau. Nous avons été au Market Lalue, près du Centre bahá’í. À cette époque, ce marché vendait souvent de la nourriture avariée, et j’avais peur qu’elle n’achète quelque chose qui sentirait mauvais. Les « supermarchés » à l’époque avaient la mauvaise habitude, pour faire des économies de courant, ils gardaient leur système d’air conditionné avec les valves fermées, ce qui fait qu’il n’y avait aucune ventilation et tous leurs produits avaient une odeur de poison de rats mélangée de barres de savon de lessive. Au fait, tout le monde avait pris l’habitude de cette odeur et s’y résignait. Donc, nous voila au marché et Paule choisi deux pommes, un fromage Bonbel et une bouteille de détachant liquide Carbora. Moi, totalement surpris, je lui demande s’il ne valait pas mieux lui offrir une gerbe de fleurs à son arrivée. Elle me répond qu’elle recevra certainement une ou plusieurs gerbes de fleurs et n’aurait certainement pas besoin d’autres, mais un cadeau utile serait sûrement meilleur. Je n’ai rien dit, j’ai payé et nous sommes partis. Nous avons alors été à l'aéroport pour la recevoir. Paule gardait sont petit sachet précieusement en attendant le moment approprié pour le lui offrir.
Après l'aéroport nous nous sommes alors dirigés vers l’hôtel Splendide où l’Assemblée Spirituelle Nationale lui avait réservé une chambre qu’elle partageait avec sa dame de compagnie, Mme Violette Nakhjavání. En entrant dans sa chambre, nous avons vu que la plupart des pionniers étaient déjà là et tout le monde parlait tout en gardant une attitude de respect et d’émerveillement. Imaginez-vous, la Main de la Cause de Dieu, Amat’ul-Bahá Ruhiyyih Khanúm, la veuve du Gardien bien-aimé, était là, parmi nous, dans une chambre d’hôtel, ici en Haïti ! Nous avions du mal à croire nos yeux devant un tel honneur et un tel privilège. Discrètement, Paule a donné son petit cadeau à Violette puis est retournée s’asseoir. Violette, doucement s’est approchée de Khanúm, comme on l’appelle affectueusement, et lui a tendu le paquet en lui murmurant quelque chose à l’oreille. Khanúm regarde dans le sachet de papier, sort les pommes, qu’elle pose sur le bureau, sort le fromage, sourit, puis demande à Violette de les mettre dans la boite thermos, puis sort la bouteille de détachant. Elle l’examine puis s’écrie à haute voix : CARBORA ! Elle était si contente. Elle a dit qu’elle utilisait ce produit pendant des années, mais n’arrivait plus à le trouver sur le marché. Elle en était vraiment ravie, puis elle est venue remercier Paule et moi en complimentant Paule d’être une femme réellement pratique. Elle a souligné avec joie que lorsqu’on voyage comme elle le fait, on fait souvent des tâches sur les habits et on n’a pas souvent le temps d’envoyer nettoyer.


Mille neuf cent soixante dix-neuf est une date qui marque le début de quelque chose ; au fait, étant l’année où Paule et moi somme venus habiter en Haïti, mille neuf cent soixante dix-neuf représente le début d’une nouvelle vie. Ayant vécu en Haïti pour plus de vingt huit ans, je ne peux m’empêcher de considérer ce pays comme “mon chez moi”. Tout m’est devenu tellement familier, les amis, la langue, les habitudes, la nourriture,le paysage, enfin tout, qu’il m’est difficile aujourd’hui de différencier entre ce que je connaissais et ce que j’ai appris.Ma femme et moi sommes arrivés en Haïti le 19 mars 1979. Nous avions répondu à l’appel lancé par l’Assemblée Spirituelle Nationale des bahá’ís des États Unis disant que la communauté bahá’íe haïtienne avait besoin d’aide.Après reflection, répondre à un appel pour servir la Foi dans un pays francophone semblait à cette époque “ la chose à faire”.Bien que je sois naturalisé américain, j’ai eu une éducation française en Egypte. Paule, elle, est française “Pieds Noirs” d’Algérie.Qu’est ce que nous étions jeunes ! Nous n’avions pas d’enfants, nous allions encore à l’université et nous n’avions pas de métier. Cependant, nous aimons tellement la Foi bahá’íe, que lorsque l’appel au service a été lancé, nous n’avons pratiquement pas hésité. Et nous voilà embarqués vers l’aventure.Où était Haïti ? À quoi ressemble la vie là-bas ? Il paraît qu’on y parle un patois dérivé du français ; sera-t-il facile à apprendre ? Quel travail trouvera-t-on ? Où, comment, qui . . . Voici les questions qu’on se posait avant de venir, des questions qui n’avaient vraiment pas besoin de réponses, puisque le Bon Dieu nous a donné la main tout le long du chemin.On nous avait dit donc que la langue officielle d’Haïti était le français, et pourtant, lorsque nous sommes arrivés, nous avons vite compris que ce patois dont on nous avait parlé, le créole, était vraiment la langue la plus parlée.À l’aéroport, nous attendaient la famille Coblentz et un jeune bahá’í iranien, Farhad Khozouee. Farhad est toujours en Haïti, où il a fondé une merveilleuse famille.Le chemin vers l’hôtel m’a beaucoup marqué. Tout d’abord, leur petite Honda Civic ne pouvait pas nous contenir tous avec nos valises ; alors Paule est allée en voiture pendant que Farhad et moi sommes partis en taptap avec une grosse valise. La taptap n’est rien d’autre qu’une camionnette convertie en roulotte taxi, par contre elle est complètement décorée de peintures, soit louant le ciel, soit louant la rapidité du chauffeur, soit encore faisant honneur à l’amour de son cœur.Donc, comme je disais, ce parcours entre l’aéroport et l’hôtel ne m’a pas laissé indifférent. Nous avons traversé une zone très peuplée où la pauvreté était aussi visible que le manque d’hygiène.Quelques jours plus tard, nous avons été bienvenus par l’Assemblée Spirituelle Nationale des bahá’ís d’Haïti et peu à peu, nous avons rencontré d’autres pionniers, des gens comme nous, qui ont abandonné leur pays pour aider comme nous, la communauté bahá’íe haïtienne. Il y avait des américains, des canadiens, un iranien et un antillais. Nous avons pris un peu plus de temps pour forger une amitié avec les croyants haïtiens, et cela était dû à la difficulté de communication, mais nous avons appris le créole tout doucement, et les amitiés se sont formées.Pétion Ville a été notre « chez nous » pour près d’un an. Après avoir changé d’hôtel, ensuite quelques maisons privées, notre premier ‘foyer’ a été à la rue Villate, dans un des appartements de Mme Simone Saati.La joie d’être venu en Haïti, le plaisir de savoir que nous contribuions à l’avancement de la cause bahá’íe dans ce pays, se sont vite transformés en frustration ; d’abord de ne pas pouvoir communiquer confortablement, ensuite de ne pas savoir encore comment nous allions gagner notre vie, vu que nos économie diminuaient de jour en jour. Donc, l’inévitable est arrivé : Un jour, je n’avais plus envie de me lever du lit. J’étais d’humour massacrante et je n’étais même plus gentil. J’étais déprimé. On me disait que j’avais le ‘choc culturel’. Choc culturel ? C’est quoi ça ?Je sortais rarement de la maison ; j’avais des écarts d’humeur et pour dire vrai, je n’étais pas le compagnon idéal.Quand je médite sur cette époque, je ne peux que m’émerveiller de la patience de Paule et de tous les amis bahá’ís qui m’ont accepté comme j’étais et qui faisaient beaucoup d’effort pour me remonter le moral.À la fin, c’était Simone Saati qui est arrivée avec la solution pour me sortir de cette condition d’apitoiement de moi-même. Elle m’a encouragé à faire une exposition de peintures à l’Institut Français d’Haïti. Simone est devenue une bonne amie. Elle habitait la grande maison a côté de tous les autres appartements. Elle nous faisait des petits plats arabes absolument délicieux. Grâce à elle, nous avons découvert toute une variété de fruits exotiques que nous avalions avec un délice indescriptible. Il y avait des sapotilles, des calbassites, des mangues évidement, des grenadias, des pommes lianes, des abricots mamey, des grenadines, des knépes, des cashiman pomme cannelle, oh, ce que j’ai adoré les cashiman. Nous nous asseyons au bord de la piscine et nous consommions à tous les trois, facilement quatre douzaines de ces fruits merveilleux. Nous avons aussi découvert la papaye et le corossol qui sont délicieux en jus. Je me suis laissé aller un peu loin de mon histoire, là.Revenons donc à cette misérable dépression. Réalisant que le joli petit appartement d’une chambre au bord de la piscine était trop petit pour travailler, Simone Saati nous a loué un autre plus grand sur la rue Grégoire, en haut du restaurant Au P’tit Louvre.Dans ce grand appartement, très bien aéré, j’ai produit beaucoup de tableaux. À l’époque je travaillais la gouache, l’encre de chine, le pastel et l’aquarelle, et la plupart du temps je mélangeais les médias. Ce travail me donnait des ailes et je suis très vite sorti de mon état d’âme. J’étais souvent très content.Le salon de l’appartement était grand et nous avons commencé à avoir des réunions bahá’íes le dimanche matin. Nous avons rencontré des gens bien sympathiques.Durant cette période, nous avions une bonne qui s’appelait Murlande.Quelle vedette ! Elle était une fille pas comme les autres, elle était très sympathique mais un peu trop mythomane. Elle nous racontait des choses assez bizarres, mais les racontaient d’une manière très captivante, et c’est grâce à tous ses récits que nous avons finalement pu apprendre le créole.Parmi les histoires de Murlande, la plus intéressante est celle-ci ;Elle nous avait raconté un jour que sa maman venait de mourir et c’est pour ça qu’elle était en retard d’une heure au travail. De quoi était morte sa mère ? D’un accident d’auto. Nous avons fait de notre mieux ce jour la de la consoler. Nous lui avons dit de rentrer chez elle et de s’occuper de sa mère, mais non, elle est restée au travail en disant qu’il y avait assez de monde à la maison pour faire le nécessaire. Bon. Une autre fois, elle nous raconte que sa maman était tombée dans une latrine et que ça l’avait tué sur le coup. Quoi ? Mais, la maman n’était-elle pas morte d’un accident de voiture il y a quelques semaines ? Oui, justement, quand sa mère était aux toilettes, une voiture a perdu les freins et était entrée dans les latrines. Wow ! Quelle histoire !Une troisième fois, sa maman est morte, elle était tombée du balcon de sa maison. Attend ! Tombée du balcon ? Mais . . . comment ? Et oui ! Elle était au balcon, lorsque le plancher a cédé, elle est tombée dans les latrines pendant que la voiture avait perdu les freins . . . ça suffit ! C’est trop, cette fille se plaisait à raconter des histoires. Elle était sympathique mais, Oh lala ! Quelle menteuse !Nous vivions heureux à Pétion Ville. Nous sortions le soir avec les amis bahá’ís, nous allions tantôt au cinéma Concorde, et des fois nous allions chez Amistoso prendre une crème glacée au corossol. Je peignais presque chaque jour, et à cette époque nous avions aussi commencé une petite affaire de robes peintes à la main, la communauté bahá’íe commençait à s’épanouir, nous avions beaucoup d’amis. Durant cette période où nous devions nous établir légalement en Haïti et obtenir un permis de Séjour, nous avons dû aller deux fois à Puerto Rico, le territoire américain le plus proche pour préparer des papier et les faire signer par les autorités concernées.Durant le deuxième voyage, nous avons eu le plaisir infini de rencontrer la main de la Cause de Dieu, Dr. Muhajír. Il était de passage et avait donné une conférence à Mayaguez. Quand il a su que nous habitions Haïti et que nous étions francophones, il nous a supplié d’aller pour lui en République Dominicaine et enseigner la Foi dans les bateys où beaucoup d’haïtiens habitaient et coupaient la canne à sucre.Malheureusement nos finances ne nous permettaient pas de faire ce voyage, et à regret, nous avons refusé. Je me souviendrais toujours son regard déçu. Hélas ! Nous ne pouvions vraiment pas y aller.Durant notre résidence à Pétion Ville, nous avons aussi visité certains coins d’Haïti. Nous avons participé à une campagne d’enseignement de la foi pour une durée d’une semaine au nord, avec le conseiller Hedi Ahmadiyyih. Cet homme nous a appris comment présenter la foi d’une manière convaincante. Il était très approfondi dans les Écrits Saints et c’était un plaisir d’être en sa compagnie. Nous avons visité la côte des Arcadins, St.Marc et Gonaïves.Un jour, Paule m’a dit qu’elle ne sentait pas qu’elle était particulièrement utile à la communauté bahá’íe. Il y avait déjà d’autres pionniers autour de la capitale, les activités de la foi marcheraient même sans nous. Elle voulait aller habiter en province, où il n’y avait personne pour cultiver la communauté. Ha ! Moi qui commençais à m’y faire. Cette dépression venait juste de partir et je n’avais pas envie qu’elle revienne. J’ai refusé d’abord, puis voyant Paule si déçue, à voir même triste.Elle m’a ensuite proposé un compromis. Elle me laissait le choix de la ville de province en me disant que nous irons où moi je voudrais. Ouf ! C’était facile. Je n’aimais nulle part d’autre que Pétion Ville. C’est tout.Mais la Providence avait d’autres plans, à croire que cette providence donne la préférence aux femmes.Un jour, notre ami Arnold Perrault, un pionnier canadien, a voulu aller à Jacmel dans sa nouvelle voiture. Nous sommes allés avec lui. Jacmel ! Après avoir tournoyé cette route de la montagne en quittant Léoganne, nous nous sommes trouvé à un tournant qui dominait la baie.C’était le coup du cœur. Jacmel m’a attiré. On aurait dit un diadème de diamants sur la mer des Caraïbes. Jacmel n’était pas comme les autres villes de province ; elle était plus mignonne, si on peut utiliser ce terme. Quand Jacmel vous regarde, elle vous séduit.Lorsque nous habitions à Pétion Ville, nous avions fait une demande au Centre Mondial de la foi d’aller en pèlerinage en Terre Sainte. La liste d’attente était assez longue et nous avions même pensé qu’ils nous ont oublié. Vers la fin de l’été, en 1980, l’autorisation est arrivée.Je me souviens bien de ce jour. Sans aucune raison, nous avions voulu acheter des fleurs et dîner d’un repas spécial ce soir là. Le bouquet de glaïeul était sur la table et Paule terminait de préparer le repas, lorsqu’on a frappé à la porte. On venait de nous livrer un télégramme provenant du Centre Mondial. Le cœur battant de joie et d’anticipation, nous avons lu que nous pouvions aller en pèlerinage en décembre.Nous n’avions pas encore tout l’argent nécessaire pour le voyage. Mais Dieu a décidé que nous irions et nous avons vendu des tableaux et des robes peintes a la main, et nous avons pu faire le voyage.Nous allions finalement aller poser notre front sur le Seuil Sacré du Mausolée de Bahá’u’lláh. Nous étions ravis. C’est alors que Paule est venue me dire qu’elle n’avait pas le courage d’aller jusqu’en Terre Sainte, d’atteindre à la présence de son Seigneur les mains vides. Je ne comprends pas, qu’est-ce que ça veut dire les mains vides ? Tu veux Lui apporter un cadeau ? Oui, elle me répondit. Elle disait qu’elle n’avait pas suffisamment sacrifié pour mériter Sa compassion.J’étais ahuri. Tu as quitté ton pays, ta famille, ton école et ton confort pour aller servir Sa Foi, et ce n’est pas assez ? Quel sacrifice faisons-nous ici à Pétion Ville ? La majorité de nos amis sont des blancs. Je veux faire plus. Je veux aller servir où on aurait plus besoin de nous. Je veux aller vivre en province. Ha ! Je n’étais pas prêt moi. Alors elle m’a donné le choix en me disant qu’elle n’était attachée à aucune ville de province. Nous irions où moi, je déciderais. Mais il fallait que je choisisse.Nous avions visité le nord et je n’étais pas très attiré ; alors nous avons décidé de visiter Jacmel.Un jour, lorsque nous habitions à Petion-ville nous sommes montés à Kenscoff avec Mirlande,. Arrivés à Douret elle a trouvé un vieux monsieur et elle m’a dit qu’il voulait savoir ce qu’était la Foi bahá’íe. Alors à l’aide d’un livret illustré j’ai commencé à lui expliquer. Le monsieur semblait très absorbé par mes paroles et par les illustrations qu’il regardait. Un moment donné, je ne me souviens plus très bien ce que je disais, mais la réaction que je devais provoquer devait être négative; par contre, très paisiblement et en souriant il disait : “oui, oui Blanc”. Ça n’allait pas bien. J’ai répété ma question et sa réponse restait la même. Je me suis alors tourné vers Mirlande en lui disant que je croyais que ce brave monsieur comprenait mal ce que j’avais dit. Calmement Mirlande se tourne vers lui et lui dit en créole ce que je lui disais. C’était incroyable de voir la transformation sur le visage de ce pauvre monsieur. Il venait juste de se rendre compte et avec beaucoup de joie que je venais de lui parler de la parole de Dieu. Moi dans mon choc j’ai décidé que ça suffisait comme ça. Je me suis finalement décidé d’apprendre le créole.Heureusement car c’est une langue si belle, si colorée, si vivante . . . si vivante qu’il y a chaque jour des nouveaux mots qui y émigrent.

Nous avons déménagé

Chers amis
pour des raisons techniques qui me dépassent moi-même et que je ne pourrais vraiment expliquer, je me suis trouvé dans la nécessité de déménager vers ce nouveau blog.
Au fait, je le trouve plus sympa et plus facile à manipuler, voir même amusant à utiliser..
Vous me voyez, là avec Paule ma femme et ma compagne dans tous les mondes de Dieu.
Qui pourrait demander mieux?
Moro Baruk